• La Première Fiction du Dimanche

     Eh eh... On est Dimanche je m'ennuie donc voilà une petite fiction que je continuerais peut être...

    La Première Fiction du Dimanche

    http://trendly.fr/pawel-kuczynski-questionner-monde-images/

     

    Vous le savez petete pas mais sais po dessiner alors voilà une petite image pompée sur internet pour illustrer. 

    Pour faire cour, c'est un petit peu comme ça que j'imagine mon narrateur racontant l'histoire de la chute du monde dans ce monde désert et redonnant une utilité à des câbles désormais inutile.

    Bref ! Enjoy !

    (Ma reconnaissance éternelle à celui qui relève toutes les fautes de mes écrits ;) )

     

     

         Il y a neuf ans, sur notre belle ile d’Angleterre, un incident est survenu. Nous n’en connaissons pas l’origine, ni l’ampleur. Il y à neuf ans, comme si le monde avait arrêter de tourner, l’eau a arrêté d’arriver par les conduites, l’électricité a cessé d’arriver par les prises, le réseau, l’internet, les ondes radios, tout, tout à cesser de fonctionner. Cette nuit là, l’ile tout entière fut plonger dans l’obscurité. Le monde a t’il subit le même destin ? Nous l’ignorons… Est ce que tout reviendra un jour comme avant ? Nous l’ignorons… Il y a cependant certaines choses que nous savons, premièrement, le destin peut être cruel, deuxièmement, les hommes ont dû s’adapter afin de vivre à nouveau comme leurs ancêtres. Bien sûr au début, les habitants ont pensés à des problèmes techniques qui serait réglés pour l’heure du thé. Mais, il n’en n’était rien. Après une semaine, les techniciens et ingénieurs ont commencé à parler, et les rumeurs ont fait le restes… Pendant une semaine, se fut l’apocalypse. Des morts par millier, des émeutes partout dans le pays et une armée impuissante, débordé par les événements. Je n’ai presque rien vu de tout cela, je n’avais que dix ans à l’époque, ce sont mes parents qui m’ont raconté tout cela. De ces milliers de morts, je n’en ai vu que huit. De ses huit malheureux, je n’oublierais aucun de leur regards. Cette journée s’annonçait pourtant bien… Cependant, les manifestation du coeur de Londres se sont déportées vers notre banlieue. Et quand la tête de file, c’est retrouvée face à l’armée elle c’est stoppée nette. Mais, les milliers de manifestants ne l’entendaient pas de cette oreille. La marche que certains tentèrent de stopper continua. Elle continua jusqu’à ces coups de feu. Probablement exténué par les derniers jour de manifestation et d’affrontements, un des militaires à tirer une rafale. Une seule rafale. Qui mis huit hommes à terre. Le reste du cortège c’est enfui laissant ces huit personnes au sol. Pas tout à fait morte, mais plus tout à fait vivante. Et de ma fenêtre, je regardais ces évènements et j’ai regarder le visage de chacun d’entre eux. Contemplant la beauté de leurs derniers instants. Un par un, j’ai pu admirer à la fois leur douleur et leur libération. Tout deux causés par la brutalité de l’homme paniqué dans un monde dont il a perdu le contrôle.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :