• Aromantisme et racontage de vie

    Hey ! J'avais envie de faire un article racontage de vie, ça n'arrive pas très souvent mais ça devient vite viscéral, même en sachant que ça ne sera sûrement pas très bien écrit.

     

    Cette année, pour la première fois, j'ai découvert qu'il existait une semaine de l'asexualité grâce à instagrame, et ça m'a fait repenser un peu à tout mon cheminement pour arriver à un peu plus de certitudes vis à vis de ce que je suis : actuellement : je me situe dans la case non seulement de l'asexualité, mais aussi de l'aromantisme, rien que ça. La première est reconnue comme une orientation sexuelle, la deuxième est encore vue comme un trouble mental si je ne me trompe pas. 

    Si j'ai envie de partager ça, c'est aussi parce que je me suis sentie vraiment perdue pendant une bonne partie de la vie (encore maintenant d'ailleurs, mais à une échelle moindre je dirais). Trop de temps à essayer de faire comme tout le monde et à expliquer à ma pote de collège, après avoir pu embrasser le mec sur qui je craquais, je cite les mots exactes "j'ai rien ressenti", premier choc. Parce que je pensais que l'amour, c'était inné, que c'était comme une évidence, et qu'en fait bah... rien. deux jours plus tard, après des nuits sans dormir et en ayant rien mangé à cause du stress, je quittais ce "copain" et fin de la première expérience.

    Après, c'est cool parce qu'il y a toujours des gens pour te dire que "c'"tait pas le bon", "tu as encore du temps" etc. Et donc, convaincue, j'ai retenté l'expérience avec d'autres pauvres gars avec toujours le même résultat. Je me rappellerai toujours de ce sentiment d'inconfort extrême face au changement de ton de ces gars (qui étaient pourtant adorables hein, aucun problème) qui devenaient tout d'un coup mielleux et que je ne reconnaissais plus à partir du moment où c'était "officiel". De parfaits étrangers à qui on m'enlevait certaines choses que j'aimais chez eux. 

     

    ça a duré comme ça jusqu'à mes 19 ans, dernière expérience (désolé pour ce mot, c'est assez inhumain mais c'est le seul que j'ai trouvé pour l'instant), où une amie m'a tout simplement dit "c'est pas grave, il y a plein de façons d'aimer". A partir de là, j'ai commencé des recherches et je suis tombée sur des forums pour aromantiques où les gens parlaient de leur parcours et de leur expérience. J'ai découvert ce monde à double tranchant, et je me suis rendue compte peu de temps après que tout comme il y a des milliers de façons d'aimer, il y a aussi des milliers de façons de ne pas aimer. je passais de "oh, ce commentaire, ça me correspond parfaitement !" à "wow, c'est pas du tout ce que je ressens ça". (exemple : non, je ne trouve pas horribles les films romantiques, je trouve même ça très cool et ça ne me saoule pas tant que ça, je ne me sens pas non plus exclue, peut-être que j'expérimente juste ça de manière différente qui sait).

    Mais le principal a été de mettre un mot sur tout ça. Généralement j'aime balancer à tout va le fait que ça ne sert à rien de se mettre dans des cases, qu'on n'a pas besoin de mot pour être qui on est, mais c'était juste terrifiant de ne pas savoir ce que j'avais (pendant un moment je pensais vraiment être malade et je voulais qu'on me soigne, j'ai pensé à l'autisme, au manque d'hormones et un tas d'autres trucs). Et grâce à cette semaine de l'asexualité, j'ai ajouté un nouveau mot à mon vocabulaire : l'amatonormativité. 

    L'amatonormativité, c'est "globalement cette supposition générale que les relations romantiques sont universelles chez les humains." ça conditionne, comme vous le supposez, toute notre société. ça hiérarchise les relations, rendant celles romantico-sexuelles comme l'ultime chose à atteindre. Expliquez à quelqu'un que vous n'êtes pas attiré par les autres romantiquement ou sexuellement, et on sera triste pour vous, et cela si vous ne faites pas face à un mur d'incompréhension et de "tu es encore jeune". 

     

     "Une conséquence connue (du moins dans les milieux queer) est l'exclusion des personnes polyamoureuses, asexuels, aromantiques, etc (et puis tout le monde sait bien que la romance homo n'est pas possible, voyons!). Beaucoup de gens ne savent même pas que tout cela existe, et ces identités sont souvent invisibilisées ou moquées. On est souvent pris pour des religieux extrémistes avec des styles de vie fermés, ou bien des malades mentaux. Nous sommes queer, c'est tout. Pas de troubles autistiques, endocriniens ou autre. Et je ne parlerai pas ici de la pathologisation des personnes aro-ace, encore très forte dans le milieu médicale.

        Plus on grandit, plus cette pression est forte. J'ai passé 20 ans, je dois donc être en couple, penser à me marier et à avoir des enfants. Tout cela est ÉVIDEMMENT ma priorité, et si ce n'est pas le cas, je suis négligé, déprimé, peu importe, je suis un looser. Quand je parle d'un ami, on me demande toujours quelle est ma relation avec lui, et si ce n'est pas une relation romantique, c'est que je le cache. On m'a même plusieurs fois demandé si j'étais pas homo en essayant de me rassurer "tu n'as pas à le cacher!"." (cliquez ici pour accéder à l'article en question)

     

    C'est cet article qui m'a donné envie de faire ce petit point écrit. Pour moi, c'est important que les gens connaissent ces mots, asexualité, aromantisme, parce que c'est trop souvent oublié ou rejeté. Et pour cause : je ne me vois pas faire un coming out à mes parents pour tenter de leur expliquer que je resterai seule toute ma vie, du moins pas encore. Je dis juste que "pour l'instant je ne suis pas intéressée". Pareil, je ne vais pas débarquer dans une partie de picolo en expliquant pourquoi je ne bois pas quand les gens qui aiment les femmes/les hommes doivent boire, ça serait hyper chiant (du coup je me met dans la case hétéro). Il y a quelque chose de "non officiel" qui plane au dessus de ces mots, comme si c'était un truc d'enfant, et que "tu comprendras quand tu seras grand", surtout dû au fait qu'il n'y a pas assez de représentations de personnages qui finissent seuls et heureux, qui ne couchent pas et qui le vivent bien, pas assez d 'explications données etc... 

    Je sais qu'il n'y a pas beaucoup de passage par ici, mais ça me tenait vraiment à cœur de faire cet article. N'hésitez pas si vous avez des questions ou des remarques !

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Novembre 2020 à 15:52

    L'aromantisme a part pour ceux qui s'y connaissent pas c'est juste une orientation romantique, sinon pour les autres comme tu l'as dit ils te répondent juste que c'est qu'une phase et que tu trouveras et blabla tout ces trucs chiants

    Perso moi ça fait longtemps que je connais ces termes LGBT et depuis mes 13 ans je me balançais entre asexuel et pansexuel mais bon au final ces deux termes sont pas contraire tu peux être pansexuel/panromantique et asexuel ou dans le spectre de l'asexualité et c'est probablement mon cas dans une certaine mesure mais bon maintenant je fais plus trop attention aux termes exact je dis juste que je suis quelque part par la et puis voila au pire ça regarde que moi et osef d'être précis

    Mais du coup c'est cool que t'ai pu enfin trouver tout ça au moins ça explique plusieurs choses et tu dois moins être perdue !

     
      • Vendredi 6 Novembre 2020 à 16:11

        J'ai l'impression d'être chanceuse parce que mes potes à qui je l'ai dit ont été hyper compréhensifs, ça a pas mal cassé le côté "maladie" que j'avais développé 0: Mais oui, j'aurai droit à ça toute ma vie clairement.

        Yep, effectivement ça ne regarde que nous, si j'ai cherché c'était aussi pour contrebalancer à l'extrême le sentiment d'incompréhension que j'avais vis à vis de moi. Mais les détails restent personnels et je me laisse totalement le droit de changer si je le sens comme ça un jour.

        Oui, je regrette juste de ne pas avoir entendu parler de tout ça plus tôt et de ne pas avoir eu forcément d'exemples ^^'

         

         

         

    2
    Samedi 7 Novembre 2020 à 19:25

    Je suis très contente que tu aies un entourage compréhensif ! J'ai quelques potes out à ce niveau là aussi, d'autres pas, c'est un choix personnel et à mon sens tu n'es pas obligée de le faire si tu n'en a pas envie. C'est super que tu puisses explorer plus sereinement cette partie de toi : après tout, l'amitié est déjà un lien très fort et important !

      • Samedi 7 Novembre 2020 à 23:59

        Pour ma famille c'est pas spécialement gagné, mais du côté de mes potes c'est clair, j'ai de la chance~ ça peut même mener à des discussions super intéressantes o/ 

        L'amitié c'est incroyable, mais je pense que ma plus grande peur c'est aussi de voir ces amis sortir avec des gens, et plus tard fonder une famille 0:

    3
    Samedi 7 Novembre 2020 à 22:51

    Je pense que le plus difficile dans les situations comme celles-là, c'est cette impression du coup, d'être un genre de robot de glace antipathique. Autour de toi tout le monde craque, te parle de l'amour, des sentiments, des promesses, des projets, etc... et les gens qui peuvent t'aimer et te prouver leur amour avec tant de sincérité, on culpabilise de se dire "ouai mais moi je re-sent pas ça, je peux pas le rendre". On nous conditionne tellement toute notre vie à "trouver un partenaire d'amourette, bosser pour des tunes, fonder une famille et crever en silence", que finalement on se sent mal dès qu'on s'éloigne un peu de cette voie. ^^'

    Ca n'a vraiment pas dû être simple pour toi de te trouver "une case" dans laquelle te rapatrier, mais si tu as un entourage capable de ne pas te jeter pour si peu, je trouve ça rassurant. :)

      • Dimanche 8 Novembre 2020 à 00:05

        Même en parlant de ça avec mes amis, j'ai toujours voulu que l'un d'eux comprenne les choses à ce point, merci d'avoir dit ça. C'est dommage de se dire "j'ai passé une partie de ma vie à me demander tous les matins si j'allais guérir et ressentir des choses".

        Mais je me sens assez bien entourée, même si ça crée certaines insécurités sur lesquelles je n'ai ps forcément parlé avec eux, ou dont ils ne se rendent pas forcément compte. C'est pas parce que j'ai remarqué ce conditionnement que je ne me sens pas comme une merde à la St Valentin, et c'est pas parce que je ne veux pas vivre qvace quelqu'un que je peux me passer du sentiment de plaire à des gens, rien que pour mon ego... 

    4
    Dimanche 8 Novembre 2020 à 00:56

    Je ne suis pas aromantique mais j'ai un petit "soucis" dans le genre, du coup je ne peux que comprendre ce sentiment. :/ (et t'encourager à ne pas trop t'auto-flageler pour ça) Se remettre en question et vouloir bien faire est une chose, mais il ne faut pas que ça finisse par te pourrir la vie à ce point, alors que bon... est-ce que c'est aussi important? C'est ta vie à toi, vie la en te sentant bien. Si la solitude te sied mieux, en quoi ça regarde les autres? Certes, il y aura toujours ce fond de culpabilité quand on se dit que les autres re-sentent les choses avec cette intensité qu'on ne saisira jamais... mais chacun est différent? Je me suis tellement interrogé vis-à-vis de tout ça.... :')

    Même sans te connaître je serai prêt à parier que autre qu'une question d'ego, c'est juste simplement cette envie de bien faire? Parce que ne pas re-sentir les choses de la même façon ne fait pas de toi quelqu'un d'insensible. :o

      • Dimanche 8 Novembre 2020 à 18:56

        Oui, je me disais que tu devais t'être questionné là-dessus pour dire ça 0: Du coup ça fait environ 1 an que j'ai arrêté de m'en vouloir pour ça, même si effectivement il reste ce soupçon de culpabilité. Mais c'est très cool de pouvoir avoir une réponse de quelqu'un concerné dans cette si petite audience, j'espère que tu as trouvé une grande partie de réponses à tes questions 0:

        Peut-être bien. Mais je me sentirais très mal de ne plus plaire à des gens même si il ne peut rien se passer, terrible :')

    5
    Dimanche 8 Novembre 2020 à 19:51

    Si tu as réussi à situer le "problème" et que tu a trouvé un moyen de vivre avec c'est une grosse avancé. :o Je radote sûrement mais je ne peux que te souhaiter bon courage avec ça. Ce ne sera certes pas simple pour ton entourage, mais ça ne l'est pas forcément davantage pour toi. :/ Fais attention à toi.
    (pour ma part, j'ai possiblement trouvé une réponse mais elle signifierait aussi "pas de solution" pour régler le dit "soucis". :')

    Si ces gens ont besoin nécessairement de ça pour t'apprécier, c'est que ce ne sont pas les bonnes personnes pour te former un entourage. :o (simple pensée de ma part ceci dit.)

      • Lundi 9 Novembre 2020 à 11:17

        ça fait toujours plaisir des encouragements tkt, je commencerai probablement à galérer avec ma famille sur  ce sujet dans quelques années et on verra bien. (ow, ça sonne un peu comme de la résignation ça, fais attention à toi aussi).

        Pas de problème, je prends tous les avis, ça m'a aussi fait me questionner sur plein de choses dans ce style et je suis loin d'avoir toutes mes réponses 0:

         

    6
    Lundi 9 Novembre 2020 à 13:25

    En effet, te résigne pas et reste positive! (pas facile dans certaines situations, mais possible malgré tout. et rester optimiste permet de s'ouvrir davantage de possibilités de dénouement! o/)
    J'essaie aussi, merci! :p

    Les réponses, tu pourras en avoir plusieurs pour un seul problème. :) Ca viendra avec le temps et la réflexion!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :